mercredi 18 janvier 2012

Développement des TIC en Algérie : Entre vœu pieux et frilosité

En deçà des espérances

Le marché des nouvelles technologies de l’information et de la communication en Algérie est jugé en deçà des espérances, autant par les citoyens que par les experts du domaine. D’ailleurs, à chaque fois que l’occasion est offerte, ces mêmes experts recommandent l’intensification de l’industrie des technologies de l’information et de la communication. En chiffres, ce constat est plus que vérifié. En effet, la part du secteur de l’industrie des technologies de l’information et de la communication (TIC) est de 4% dans le Produit intérieur brut (PIB) de l’Algérie en 2010, loin derrière nos voisins marocains à 12,5% et tunisiens à 8%.

Pourtant, ce ne sont pas les projets de développement qui manquent dans l’escarcelle des pouvoirs publics. Mais quand on voit la frilosité avec laquelle ces projets sont menés, on ne peut qu’être sceptique. Le souvenir du projet e-Algérie est là pour rappeler le tâtonnement des pouvoirs publics en la matière. Plus près de nous, l'arrivée de la 3G en Algérie qui a encore été repoussée. Le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, Moussa Benhamadi, a annoncé récemment la mise en service du système pour fin 2012.

Il est vrai qu’Algérie Télécom a enregistré une demande importante en matière de lignes Internet dans les foyers. Ce qui manque, cependant, pour rendre les prestations aux normes internationales, c'est, en effet, l'installation d'Internet haut débit. Il en ressort que des usagers professionnels et domestiques d'Internet se plaignent de la lenteur de la connexion. D'où les désagréments causés aux usagers d'Internet, n'arrivant pas à travailler correctement. Par ailleurs, les données communiquées par les pouvoirs publics font état de la faible pénétration de ces nouvelles technologies dans les PME algériennes, 33% seulement sont connectés. La disponibilité des sites Web de ces entreprises ne dépasse pas 13%.

L’introduction des nouvelles technologies de l’information et de la communication en Algérie n’est, aujourd’hui, ni un choix ni un luxe que nous voulons nous permettre. C’est plutôt un impératif à réaliser si nous aspirons à intégrer ce monde qui nous entoure. Un monde où l’information est au cœur de tous les enjeux..

Source : Quotidien Liberté au 18/01/2012

Aucun commentaire: